blogger .
MENU

Actualités du site

Nouvelles photos de classe et nouvelles CPA en lignes.

Les derniers articles publiés

Message

BUSNES - 19 décembre 1898 - Le Radical - 18 décembre 1898 La Croix et bien d'autres...

19 décembre 1898 - Le Radical   ----------------------------------- Départements Télégrammes et correspondances du 17 décembre -------...

lundi 27 janvier 2020

SAINT-ANDRE - Des noces de diamant et d'or à Saint-André - 29 avril 1935 - Grand Echo du Nord de la France

Des noces de diamant et d'or à Saint-André
----------------------------------------------------


Dimanche matin, ont été célébrées simultanément à Saint-André, les noces de diamant de Mr. et Mme JONCKHEERE-CALMEIN, demeurant 13 rue magenta et les ...

noces d'or de Mr. et Mme POUPAERT LHERBIER, habitant le numéro 50 de la rue de Lille à Saint André.

A cette occasion, le quartier de la gare et celui de Ste-Hélène furent en grande fête dès 9h30. La fanfare municipale et la chorale « La Fraternelle » allèrent chercher à leur domicile respectif les heureux jubilaires qui, suivis d'une foule de parents et d'amis, furent escortés à travers des rues amplement pavoisées jusqu’à l'église Sainte- Camille où la grand’messe de 10h était célébrée à leur intention.


Ce fut Mr. l'abbé WATTINE, curé de la paroisse qui célèbre à cette messe solennelle. Une assistance très nombreuse avait déjà envahi l'église bien avant l'arrivée des jubilaires.On remarquait notamment la présence de MM. G. CATOIRE, conseiller général ; D. BAILLY, maire ; NEVEJAN, CREPEL, adjoints et de très nombreux conseillers municipaux de Saint André ; Pierre SCALBERT, ancien vice-président du Conseil général du Nord, président d'honneur de la Fanfare municipale ; Ch. BIGODT, président d'honneur de « La Fraternelle » etc…
 


Pendant la cérémonie, la chorale « La Fraternelle », sous la haute direction de son talentueux chef, M. ROBILLARD, chanta la messe de Pérosi et interpréta à la perfection le « Sanctus » de Ratez.

Après l'Evangile, M. WATTINE, curé de la paroisse, en une allocution de haute élévation morale fit l’éloge des jubilaires.
 

Un vin d'honneur fut ensuite offert, tandis que la chorale « La Fraternelle », sous la direction de M. Rémy BERTOU, président, entonnait un chaleureux vivat en leur honneur. 


Puis les jubilaires furent ensuite conduit en voiture à l'Hôtel de Ville où ils furent reçu par la municipalité et les personnalités déjà citées, dans la salle de réception. 


M. Delphin BAILLY, maire, parlant au nom de la population exprima sa joie de recevoir et de rendre hommage à ces braves ménages qui sont le modèle du devoir familiale et l'honneur de la cité. 


« Ce respect des traditions familiales, dit-il, a su leur assurer de longs jours de félicité. ». Il termina en formulant que cette union se prolonger encore de longues années sans qu'aucune infirmité morale ni matérielle n'en vienne altérer la joie.


M. Georges CATOIRE, conseiller général, félicita la municipalité d'avoir organisé cette réception intime en une aussi belle occasion.

Les jubilaires à l'issue de leur réception, à l'hôtel de ville, entourés de M.M. BAILLY, maire ; CATOIRE, conseiller général, et des personnalités présentes.



Il magnifia les vertus familiales des jubilaires et rendit hommage à monsieur JONCKHEERE qui fut à Saint-André le fondateur de la Fanfare municipale et de la chorale « La Fraternelle ». Il ne ménagea pas non plus ses louanges aux époux POUPAERT-LHERBIER pour leur vie de labeur.

Il leur souhaita de pouvoir bientôt à leur tour célébrer leurs noces de diamant.



Puis, MM. DEJONCKHEERE et POUPAERT remercièrent la Municipalité et les personnalités présentes de la vive marque de sympathie dont ils sont l'objet en ce beau jour pour eux .

En reconnaissance de ce témoignage de vive amitié, M. DEJONCKHEERE offrit à M. Delphin BAILLY, maire, une toile représentant le nouvel hôtel de ville.   

À Saint-André, nul n'ignore que, malgré ses quatre-vingts ans, le « papa de DEJONCKHEERE », comme il est coutume de l'appeler, fait encore de la peinture et à ses heures de loisirs, tisse avec un métier primitif qu'il a fabriqué lui-même. 

Le champagne fut ensuite offert aux jubilaires ainsi qu’à leur famille. Une fête familiale, offerte par la Municipalité, dans une salle de la rue de Lille, termina cette belle journée.







Les jubilaires à l'issue de leur réception, à l'hôtel de ville, entourés de M.M. BAILLY, maire ; CATOIRE, conseiller général, et des personnalités présentes.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour votre commentaire ou votre question.
Bien amicalement,
Généalogie Presses Anciennes

Suivre les nouveaux articles par e-mail

Articles les plus consultés

blogger