blogger .
MENU

Actualités du site

Nouvelles photos de classe et nouvelles CPA en lignes.

Les derniers articles publiés

Message

BUSNES - 19 décembre 1898 - Le Radical - 18 décembre 1898 La Croix et bien d'autres...

19 décembre 1898 - Le Radical   ----------------------------------- Départements Télégrammes et correspondances du 17 décembre -------...

mercredi 8 janvier 2020

ALLOUAGNE - Un drame mystérieux à Allouagne près de Béthune - Le Grand Echo du Nord de la France du 01 août 1929

Une femme agonise. Elle accuse son mari de l'avoir frappée à coups de rasoir. L'homme nie énergiquement.. 

Lisez donc ci-dessous, l'histoire qui a animé cette ville si paisible
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Non loin de Lillers, un petit village qui est habité mi-partie par des mineurs, mi-partie par des cultivateurs, n'attire pas souvent l'attention publique par des faits exceptionnels. On y vit d'ordinaire tranquillement et prosaïquement. c'est Allouagne.

Or, depuis quelque temps, le ménage VALOUR-VASSEUR défrayait la chronique par ses disputes et ces scènes violentes.

La présentation du couple est nécessaire lui Henri VALOUR âgé de 44 ans et né à Sains-lès-Pernes *, il travaille aux usines de la centrale de Chocques et entre temps cultive quelques lopins de terre.

On le dit un peu sournois en temps normal et aussi aimant par trop souvent à lever le coude jusqu'à être devenu alcoolique.

Elle, Clémence VASSEUR** a 33 ans, elle est née, en effet, à Allouagne le 05 octobre 1896. Avant la guerre, elle se fiança avec un jeune homme de la localité dont elle eut un enfant environ.

Actuellement âgé de 16 ans environ malheureusement le fiancé trouva dans la grande tourmentent la mort ensuite l'oubli.

Henri VALOUR, plus âgé de onze ans que Clémence VASSEUR le remplaça. Le mariage eut lieu le 13 décembre 1919***, un an à peine après l'armistice.

Un ménage d'enfer 

Depuis lors, ce fut dans le ménage une nouvelle guerre intestine qui éclata.

Le mari, on le sait, aimait à boire. La femme était, elle, très avare et acariâtre. Le bon accord ne pouvait durer.

Une fillette, Julienne, âgée de 5 ans aujourd'hui, aurait dû rapprocher les époux semble-t-il, il n'en fut rien cependant.

Les disputes, toujours causées par des questions d'intérêts, lui dépensant son argent à boire pour noyer son chagrin disent ses amis ; elle voulant thésauriser lui en refusant, rognant sur tout, les disputes devinrent de plus en plus fréquentes, à tel point que le fils de Madame VALOUR avait dû quitter le domicile de ses parents.

Dernièrement, le 27 juillet exactement, Madame VALOUR porter plainte à la gendarmerie de Lillers contre son mari, pour coups.

Au cours de la scène de violence le mari prétends même s'être blessé avec un verre à la main droite alors que la femme affirme que c'était avec un rasoir dont il voulait la frapper.

Le drame 

Mercredi 31 juillet, vers midi 30, des cris mettaient en émoi la rue des Barbarins, une fillette de 5 ans la petite Julienne criait en pleurant que sa mère mourait. Les voisins accoururent. Dans la cour, précédant la maison d'habitation, un corps de logis composé de 3 pièces au rez-de-chaussée avec une fosse à fumier et des dépendances, buanderie, clapier et autour dans la cour à l'angle du mur non loin d'un petit porche donnant accès par une porte charretière sur la rue, une femme gisait dans une flaque de sang.
 
Voici ce que nous avons pu apprendre au cours de notre enquête sur place.



VALOUR, qui à cause de sa blessure à la main ne travaillait pas, était aller dans le village pendant la matinée pour vendre du blé qu'il ne pouvait fauche.

Il revint vers midi et s'arrêta chez un voisin monsieur Louis VINCENT, on y mettait le couvert Madame VINCENT lui dit : "ta petite fille vient de venir te chercher, la paix est sans doute conclut. va voir VALOUR sortir et rentra chez lui une dispute aurait aussitôt éclaté peu après il rentrait chez les époux VINCENT en déclarant" Ah oui la paix est faite, elle m'accuse de lui avoir volé 3000 francs alors je suis partie pour ne pas me disputer".

On l'invite à partager le repas frugal et à manger la soupe.

Oui dit-il j'accepte il y a longtemps que j'en ai mangé.

Il se mit donc à table.

Quelques minutes après, comme Mme Vincent lui coupait un morceau de viande, la petite julienne et une voisine vinrent demander du secours.

Tout le monde se rendit chez VALOUR et, lui-même, aida à transporter sa femme sur un lit, tandis qu'on allait prévenir en toute hâte M.le docteur DELAHOUSSE.

Madame VALOUR avait reçu 2 coups de rasoir au ventre et un 3e à la gorge tels sont les faits.

Une version.

Pouvant encore balbutier quelques mots, la pauvre femme déclara que son mari lui ayant réclamé de l'argent, elle s'était sauvée dans la cour, qui l'avait poursuivi et frappé avec un rasoir.

Ici, un détail assez troublant : Ni la robe ni le jupon ni la chemise n'étaient coupés. !

On crut et tout permet de le croire le mari coupable. La gendarmerie de Lillers fut prévenu. Le chef de brigade, Mr DEVOS et les gendarmes CHAULY et BAILLY se rendirent en toute hâte à Allouagne pour commencer leur enquête, non sans avoir prévenu le parquet de Béthune.

Ils gardèrent à vue VALOUR.

2e son de cloche 

VALOUR, très calme lorsque nous l'avons vu déclare fermement que les choses ne se sont pas passées comme le déclarent sa femme.

Sur l'invitation de Madame VINCENT, il s'était bien rendu chez lui à midi et quart.

Son épouse lui aurait aussitôt cherché dispute l'accusant de lui avoir volé de l'argent. Pour éviter une scène, il serait sorti aussitôt pour aller manger la soupe chez les époux Vincent et comme eux n'aurait été prévenu que par sa fille et la voisine.

Comme on le voit, il nie catégoriquement avoir frappé sa femme de 3 coups de rasoir.

Il faut donc attendre, pour être fixé sur ce pénible drame de famille, soit qu'il s'agisse d'une tentative de meurtre ou d'une tentative de suicide.

M. BLANC, juge d'instruction, et M. GUILLOT, substitut, se sont rendus à Allouagne pour enquêter.

VALOUR, maintenu à la disposition de la justice, sera écroué à la maison d'arrêt de Béthune.

Nous aurons sans doute l'occasion de revenir sur cette affaire troublante et mystérieuse sur plusieurs point.

Charles PUEL











* Acte de naissance Henri VALOUR 

http://archivesenligne.pasdecalais.fr/ark:/64297/709015d24503e08a839f45ab166c7d52
http://archivesenligne.pasdecalais.fr/ark:/64297/92712f4536e14d0eb773046cb7426609

Décédé à Gonnehem le 10/02/1946

** Acte de naissance Clémence VASSEUR

Acte de naissance indisponible sur le site des archives d'Allouagne

** Acte de mariage VALOUR/VASSEUR

Acte indisponible sur le site des archives d'Allouagne


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour votre commentaire ou votre question.
Bien amicalement,
Généalogie Presses Anciennes

Suivre les nouveaux articles par e-mail

Articles les plus consultés

blogger