Actualités du site

🌳🌳 Bienvenue sur le site de Généalogie Presse Ancienne, nous nous intéressons aux personnes du passé et essayons d'en retracer l'histoire. Ne jetez plus vos vieux journaux, vos vieilles cartes postales, nous pouvons les mettre en valeur ici afin de réaliser notre devoir de mémoire.Une bibliothèque de livres est disponibles dans "Vos livres ont une histoire" Bonne journée 🌳🌳
Affichage des articles dont le libellé est 1923. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est 1923. Afficher tous les articles

🍊 CHOCQUES - Incendie - Paru le 08 mai 1923 dans le journal Grand Echo du Nord de la France

Un incendie a détruit deux habitations à Chocques.

Il s'en fallut de peu pour qu'un enfant périt dans les flammes

Un violent incendie a détruit le 02 août, vers midi, une maisonnette et un baraquement situés route de Fouquereuil, à Chocques, et habités par la famille LAMORILLE.
L'alerte fut promptement donnée, mais malgré l'arrivée rapide des pompiers le feu qui avait gagné les deux habitations, réduisit le tout à néant en un rien de temps.
Sans le dévouement des sauveteurs les pompiers, il est probable qu'on eut eu à déplorer des accidents. Avec peine une fillette de trois ans a pu être arrachée des flammes ; malheureusement elle est assez grièvement brûlée ainsi que sa mère Mme LAMORILLE qui aida avec courage au sauvetage de sa petite...
On était inquiet sur le sort d'un garçonnet de cinq ans et sa disparition pouvait laisser supposer qu'il avait trouvé une mort horrible mais l'enfant s'était enfui effrayé par le sinistre. Il fut heureusement retrouvé dans l'après-midi, sain et sauf couché dans un fossé.
Les causes du sinistre restent inconnues. Les dégâts sont assez importants.


La route de Fouquereuil à Chocques n'est pas mentionnée dans le recensement de 1921 et n'existe pas non plus de nos jours.

BETHUNE - Un belge a blessé à Béthune sa logeuse qui lui résistait - Le réveil du Nord - 20 septembre 1923

Un belge a blessé à Béthune sa logeuse qui lui résistait.
------------
Le meurtrier s'est ensuite jeté à l'eau et s'est noyé
------------
"Une tentative de meurtre a été commise lundi dans la soirée. Mme WINNE, née VERCRUYSER, 26 ans, ménagère, demeurant rue du Pré des Soeurs, au numéro 6, logeait depuis deux jours Rycke HENRI, 23 ans, sujet belge, originaire de Selzaete, qui venait de Leisen, où il avait habité chez M. HOLVOET, route de Lens.

A peine installé, sans perdre de temps, Rycke, auquel la patronne de la maison avait plu, lui fit une déclaration d'amour, qui fut repoussée.

Ne se tenant pas pour battu, lundi matin, le hardi pensionnaire renouvelait ses offres. Cette fois-ci, il fut invité par Mme WINNE à quitter la maison. Il partit, mais le soir vers huit heures, Rycke, toujours tenace, revint et insista à nouveau pour assouvis sa passion. Econduit encore, la colère s'empara de lui. Sortant un rasoir de sa poche, il se jeta sur Mme WINNE en la frappant à la face et derrière la tête.

Perdant son sang en abondance, la victime alla se réfugier chez sa belle-soeur, qui demeure dans la même rue, tandis que le meurtrier s'emparait d'une bicyclette restée dans la cour de la maison et prenait la fuite.

Il n'alla pas loin. Bien vite torturé par le remords, il décidait de se faire justice lui-même. De Rycke, abandonnant alors son vélo sur la berge du canal, se jeta à l'eau pour s'y noyer. C'est après une heure de recherches que le cadavre fut retiré.

On le conduisit à l'hôpital, où sa victime l'avait précédé, après avoir reçu les soins d'un docteur.
Les blessures que portent Mme Winne ne sont heureusement pas des plus graves."

📢 Articles les plus consultés