blogger .
MENU

Actualités du site

Nouvelles photos de classe et nouvelles CPA en lignes.

Les derniers articles publiés

Message

BUSNES - 19 décembre 1898 - Le Radical - 18 décembre 1898 La Croix et bien d'autres...

19 décembre 1898 - Le Radical   ----------------------------------- Départements Télégrammes et correspondances du 17 décembre -------...

samedi 4 janvier 2020

CHOCQUES - Famille BENS 5 générations - Le Grand Echo du Nord de la France - 30 décembre 1909

🛈 Je viens de trouver une petite pépite.. Une photo de la famille BENS de 1909 ! Sur la photo, on y voit 5 générations...Pour moi, c'est un trésor.

A votre tour, découvrez-la. 😜


Un patriarche meurt à Chocques
------------------------------------------
A 99 ans, il laisse 143 descendants, y compris 24 représentants de sa 5e génération !
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Monsieur BENS, avec un représentant de chacune des 5 générations dont il fut la souche
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Il est une vieille formule de politesse hébraïque qui fait parfois sourire à cause de son apparente exagération : « Puissiez-vous voir nos enfants et les enfants de vos enfants jusqu’à la 5e génération ! ».

Qui donc en effet peut se flatter d'une pareille longévité ? Les hommes, a dit le vieil Homère sont pareils aux feuilles des arbres. Une feuille tombe, une autre la remplace. 

Si modeste, cependant, n'a pas été le cas d'un quasi-centenaire, monsieur Paul BENS, qui né le 18/01/1811 est décédé à Choques ces jours derniers. Ce patriarche avait fait souche 243 français et françaises, - y compris la 5e génération. Ces 143 rejetons se répartissent comme suit : 7 enfants, 33 petits-enfants, 78 arrière-petits-enfants, lesquels ont déjà donné le jour eux-mêmes à 24 nouveaux arrière-petits-enfants.

La vigueur et la longévité était installées à demeure au logis de monsieur BENS, sa femme de 5 ans plus âgée que lui et décédé en 1900, n'ayant pas vécu moins de 95 ans. Ses enfants parmi lesquels 4 fils et 3 filles ont atteint des âges également respectables. C'est ainsi que l’aîné, Augustin, veuf aujourd'hui, a 75 ans. Les cadets Adolphe, Ernest, et Etienne tout 3 mariés ont respectivement 72, 69 et 67 ans.

La photographie que nous reproduisons ci-dessus symbolise la merveilleuse descendance de monsieur BENS.

Il y est figuré au centre, décoré d'une médaille agricole et d'une médaille d'ancienneté de service. A sa droite, se trouve son fils, Augustin BENS (75 ans). Le rang supérieur commence avec la 3e génération pour finir à la 5e et comprend Ernest GALLET 46 ans ; Ernest GALLET 24 ans et demi et le petit Ernest GALLET alors âgé de 2 ans et qui a aujourd'hui 4 ans et demi la commune de Chocques se préparait à fêter dignement le centenaire de monsieur BENS qui fut toujours un travailleur modèle. Il fut pendant 50 ans contremaître de culture chez monsieur SENECHAL à Chocques quand il laissa sa place de contremaître pour se reposer. Il se plaisait à jardiner. et son potager était sans contredit, un des plus beaux de la région. Il était fier de faire admirer ses fleurs et ses légumes qu'il cultiva lui-même jusqu’à la fin de 1908.

Alors, s'entend sa vue faiblir et ne pouvant plus se baisser, il se retira chez un de ses petits-enfants Ernest GALLET, cabaretier à Chocques.

Le dimanche, ce bon vieux, vénéré aussi bien par les étrangers que par ses parents, allait de sa petite causette avec les « habitués ».

A la Sainte-Barbe, il eut du mal pour se lever, et comme une lampe n'a plus d'huile, il s'éteignit doucement.



J'ai retrouvé son acte de décès et vous l'ait transcrit :


"L’an 1909, le 11e jour du mois de décembre, à 5h du soir, en la mairie et par devant nous HAVIEZ Edmond, maire, officier de l'état civil de la commune de Chocques, canton et arrondissement de Béthune, département du Pas-de-Calais, ont comparu GALLET Ernest, âgé de 44 ans, épicier et BENS Augustin, âgé de 74 ans, sans profession, tous deux demeurant à Chocques, lesquels nous ont déclaré que BENS Napoléon Maxime Joseph, dit Paul, âgé de quatre-vingt-dix-huit ans et 11 mois, sans profession, né à Labeuvrière et domicilié à Chocques, veuf de BOCQUILLON Rose Henriette Joseph et fils de feu BENS Stanislas Maxime et BELLOI Constantine, est décédé en la demeure du premier comparant sise aux Galteries, ce jourd’hui 11/12/1909 à midi. Ce dont nous nous sommes assurés ; ladite déclaration faite pour les sieurs GALLET et BENS ci-dessus dénommés, le premier petit-fils et le 2nd fils du défunt ; et ont les comparants signés avec nous le présent acte après lecture." cf lien ci-dessous

http://archivesenligne.pasdecalais.fr/ark:/64297/b32cb8cd7bf0a6018786f87e64952ec4

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour votre commentaire ou votre question.
Bien amicalement,
Généalogie Presses Anciennes

Suivre les nouveaux articles par e-mail

Articles les plus consultés

blogger